Par Danielle Roberge

À une certaine époque, le vouvoiement était toujours de mise pour s’adresser à un client ou à un patron. La question ne se posait pas. Aujourd’hui, les choses ont changé : selon les secteurs d’activités, la culture ou les valeurs d’une entreprise, nous avons davantage de latitude. Le contexte dans lequel un échange se tient, avec un client ou un supérieur, est également un indice de l’attitude à adopter.

Aller au-delà de la culture de l’entreprise

Quelle image souhaitez-vous projeter, en tant qu’individu, ou en tant que représentant d’une entreprise? Voilà la question à se poser d’abord, avant d’adopter le vouvoiement ou le tutoiement. Même si votre entreprise prône le tutoiement pour les échanges entre patrons et employés, vous ne devez pas d’emblée tutoyer vos clients et votre entourage. Si, pour certaines personnes, le vouvoiement crée une distance, pour d’autres, il est la preuve de votre professionnalisme. Il permet également de démontrer du respect à un individu, quelle que soit sa position hiérarchique.

Le tutoiement, synonyme de proximité

vouvoyer ou tutoyer?Le tutoiement, quant à lui, est un signe de familiarité et d’un lien plus étroit. Normalement, nous tutoyons les membres de notre famille, nos amis, nos proches et les membres de certains groupes auxquels nous appartenons. Souhaitez-vous tracer une ligne entre votre entourage personnel et les personnes que vous côtoyez dans votre vie professionnelle? La proximité que vous souhaitez développer dans votre environnement de travail vous donnera un indice de la voie à suivre, entre le tutoiement ou le vouvoiement. Mais rappelez-vous qu’il faut aussi tenir compte de ce qui convient à vos supérieurs et à vos clients.

Entre le tu et le vous, lequel choisir?

Vos clients et vos supérieurs sont en fait les personnes qui ont le dernier mot, le pouvoir de décider entre le tutoiement et le vouvoiement. Il serait en effet inapproprié d’imposer le tutoiement sur la base de votre propre culture, ou selon celle de votre entreprise. Ainsi, la règle est claire : la seule et unique chose qui justifie l’emploi du tutoiement avec un client, c’est lorsque lui-même en fait expressément la demande. Et même là, conserver le vouvoiement, en l’accompagnant du prénom de la personne à qui on s’adresse, demeure préférable.

Faut-il le rappeler, toutes marques de politesse, notamment le vouvoiement, permettent avant tout d’exprimer du respect entre individus. Le tutoiement, quant à lui, même en 2016, n’aura jamais cette qualité.

 

Pour en savoir plus ou pour joindre Danielle Roberge : www.parlonsetiquette.com