Par Marie-Hélène Couette
Révision linguistique : Sylvie Lamothe 

Imaginez qu’on vous offre l’opportunité de partager votre expertise, de parler de vos produits et services ou encore de promouvoir un événement dans votre secteur d’activité, comme porte-parole. Vous seriez fou de la rater, non ? Comme vous avez déjà fait tous vos devoirs pour devenir un communicateur futé (ou une communicatrice futée !), ce sera une super occasion de mettre en pratique vos acquis devant un public et de faire rayonner votre entreprise. 

Petit hic : la présentation devra être faite dans une langue que vous ne maîtrisez pas. L’angoisse vous prend, mais vous ne voulez pas laisser passer cette chance unique de vous adresser à un nouvel auditoire et d’élargir votre réseau professionnel. Excellente attitude ! Maintenant, que pouvez-vous faire pour vous préparer adéquatement à relever ce défi ? 

Réviser les bases de cette langue 

Que ce soit avec des amis qui parlent cette langue, à l’aide d’une application mobile, en achetant des manuels d’exercices ou en participant à un cours accéléré, plusieurs solutions vous permettront d’acquérir les notions de base de cette seconde ou troisième langue. Révisez en priorité ce qui est le plus utile dans l’élaboration d’une présentation, les marqueurs de relation, par exemple. 

Connaître son vocabulaire professionnel 

Quels mots, expressions et concepts sont récurrents dans votre domaine d’affaires ? Trouvez-les, cherchez la bonne traduction et apprenez-les. Si vous essayez de tout apprendre, vous serez vite démotivé devant l’ampleur du défi. Concentrez-vous sur les mots clés réellement utiles et assurez-vous de les maîtriser dans différents contextes.  

Pratiquer, pratiquer et pratiquer 

Plus que jamais, la pratique de votre présentation est essentielle à votre réussite. Faites-la devant votre miroir, dans votre douche, devant votre conjoint(e) et devant vos collègues. Enregistrez-vous pour écouter votre prononciation et vérifier si le contenu est facile à comprendre pour votre auditoire. L’idée n’est pas d’apprendre votre texte par cœur, mais plutôt de maîtriser votre sujet et de vous sentir à l’aise de le présenter dans cette langue méconnue. 

Apporter un aide-mémoire 

Sans écrire votre texte en entier, rien ne vous empêche d’apporter une feuille ou des fiches avec quelques mots clés. S’il y a un mot plus problématique, notez sa prononciation et, au besoin, prenez le temps de la lire lors de votre présentation. Vaut mieux avoir des notes sous la main que de casser le rythme de la conférence en recherchant une information. 

Avoir confiance en soi 

Si votre accent ne vous a pas déjà trahi, les participants auront remarqué, par votre manière de parler, que ce n’est pas votre langue première. N’ayez pas peur ! Généralement, les gens sont indulgents et compréhensifs, lorsqu’ils voient quelqu’un faire un effort pour parler leur langue. Ne vous excusez surtout pas au début de votre présentation. Soyez fier de qui vous êtes, de ce que vous avez à offrir et de vos efforts pour apprendre une langue. 

Surtout, ne paniquez pas ! Gardez une attitude positive, demandez l’aide de vos proches pour pratiquer et prenez le temps nécessaire pour vous préparer. Ce sera sans doute une expérience extrêmement gratifiante et enrichissante, dont vous serez fier. 

Pour en savoir plus ou pour joindre Marie-Hélène Couette : www.mhcouette.com.